Author Archives: Vincent Noel

Lancement d’Earth-CARE : revue de presse

Earth-CARE a été mis en orbite avec succès le mercredi 29 mai vers une heure du matin heure de Paris.

Ci-dessous des extraits d’articles parus dans la presse à cette occasion.

EECLAT 2023 Workshop, 23-26 Jan 2023, Banyuls

L’atelier EECLAT2023 a eu lieu du 23 au 26 janvier 2023 à Banyuls. Merci à toutes les personnes qui ont participé !

Banyuls

Merci à Sophie Cloché (IPSL) pour son travail sur la logistique et l’organisation.

Merci à l’observatoire de Banyuls qui a fourni l’infrastructure, nous a nourri-es et logé-es. Merci au monsieur très serviable qui a géré les pauses café et nous a sauvés quand la lampe du premier vidéoprojecteur a lâché. 

Merci également au CNES et à l’INSU pour leurs soutiens d’EECLAT qui ont rendu cet atelier possible.

Vous trouverez un peu plus bas le programme avec les présentations et la liste des participants, et ci-dessous un résumé des thèmes scientifiques principaux qui ont émergé des présentations.

Banyuls encadré

Les nuages de phase mixte et d’eau surfondue. 

Clémantyne Aubry (LATMOS) a montré comment les mesures du lidar CALIOP et du radar CloudSat pouvaient être combinées afin de restituer séparément les propriétés des particules solides et liquides à l’intérieur de couches nuageuses de phase mixte. Ces informations seront prochainement disponibles dans la nouvelle version du produit DARDAR. 

Gregory Cesana (Columbia Univ., GISS) a montré comment la représentation, dans les modèles de climat ayant participé à CMIP5 et CMIP6, de la transition de phase des nuages, et des couches liquides surfondues, entraîne des biais dans la simulation de leur impact radiatif dans le visible (voir Cesana et al., 2022).

Julien Delanoe (LATMOS) a montré des observations aéroportées radar, lidar et in-situ, qui suggèrent l’existence de multiples couches alternativement d’eau liquide surfondue et de cristaux de glace orientés lors d’un cas d’étude de la campagne RALI-THINICE, ayant eu lieu au Svalbard en août 2022 (voir Rivière et al. 2022).

Frédéric Tridon (LaMP) a montré comment des observations sol de radar multi-fréquence pourraient nous renseigner sur les propriétés microphysiques des cristaux en présence de givrage et ainsi mieux qualifier les situations de nuages de phase mixte en régions polaires (voir Tridon et al. 2022).

Composite d’images radar et lidar issues d’observations aéroportées montrant (à droite) une alternance de couches horizontales pouvant être composées de cristaux orientés et d’eau liquide surfondue. Adapté de la présentation de J. Delanoe

Les particules stratosphériques

Sergey Khaykin (LATMOS) a montré de multiples observations spatiales montrant l’étendue des injections stratosphériques de plusieurs éruptions récentes (Raikoke, Hunga-Tonga) et des mégafeux Australiens en 2020. Ces injections mènent à la présence de panaches de particules d’aérosols capables de persister dans la stratosphère pendant plusieurs mois, et de parcourir de grandes distances autour du globe. Les mesures actives ont permis de documenter avec précision la structure de ces panaches, par exemple ADM-Aeolus a pu mettre en évidence leur rotation. Voir Podglajen et al. 2022Khaykin et al. 2022 Il a également montré comment les éruptions récentes ont injecté une quantité massive d’eau dans la stratosphère (75 Tg), menant à une augmentation de la concentration en vapeur d’eau stratosphérique visible dans les observations sol.

Coupe verticale montrant que le panache de l’éruption du Hunga-Tonga dépasse les 50km d’altitude et s’étend sur plus de 500km, vu par stéréoscopie (gauche), MLS et CALIOP (droite). Adapté de la présentation de S. Khaykin

Nelson Bègue (LACy) nous a rejoint par visio pour montrer comment les sites d’observation sol (tel celui de l’OPAR à la Réunion) apportent une vision unique de ce type d’événement, grâce à la haute continuité temporelle et spatiale de leurs observations stratosphériques (voir Kloss et al. 2022 et bientôt Baron et al. 2023). 

Extinction des aérosols atmosphériques du panache du Hunga Tonga observée par le lidar sol Li1200 de l’OPAR le 19 janvier 2022 pendant la campagne Tonga Rapid Response Experiment (TR2EX). Adapté de la présentation de Nelson Begue.

Bernard Legras (LMD) a montré comment des modèles dynamiques peuvent expliquer la structuration des aérosols injectés dans la stratosphère en cellules capables de s’auto-stabiliser et de conserver leur cohérence spatiale (voir Legras et al. 2022). Il a également montré que l’injection d’eau stratosphérique (relevée par Nelson Bègue) va mener d’une part à un effet de serre stratosphérique accru (qui va contribuer à accélérer le réchauffement climatique) et d’autre part à un refroidissement local dans la stratosphère pouvant localement aller jusqu’à -5K (qui sera probablement absent des réanalyses type ERA5 pendant quelques temps). Voir Sellitto et al. 2022.

Mathilde Leroux (LAERO) a montré comment les températures stratosphériques pilotent quasi-parfaitement aux échelles spatiales et temporelles des GCMs la présence ou absence de nuages stratosphériques polaires. Ces résultats suggèrent que les détections de PSC pourraient servir de contraintes observationnelles aux températures stratosphériques issues de modèles de climat.

Vitesses de vent observées par ADM-Aeolus (à gauche) dans le panache volcanique stratosphérique (rendu visible par la forte concentration de SO2 mesurée par TROPOMI, à droite) généré par l’éruption du Raikoke en 2019. Adapté de la présentation de Sergey Khaykin

Les régions polaires. Jean Lac (LMD) a montré comment des nuages de basse altitude, générés rapidement lors de la fonte de la banquise de la Mer de Baffin, se retrouvent poussés par le vent sur plusieurs centaines de km au-dessus des reliefs du Groenland, où leur impact radiatif réchauffant peut mener à une diminution de l’épaisseur de la glace. Assia Arouf (LMD) a montré via l’analyse d’observations lidar comment la formation de nuages bas persistants au-dessus de l’océan retarde le retour des surfaces glacées via l’impact radiatif réchauffant de ces nuages. Rappelons que les travaux présentés par J. Delanoe et F. Tridon exploitent des mesures réalisées en région Arctique. 

Effet radiatif à la surface des nuages dans l’infrarouge en présence (gauche) et absence (droite) de nuages bas le long de la côte ouest du Groenland. Adapté de la présentation de J. Lac

Fraction nuageuse au-dessus de l’océan (haut gauche) et des surfaces glacées (haut droite) et distributions de l’impact radiatif associé (bas). Adapté de la présentation d’A. Arouf

Synergie multi-longueurs d’onde et multi-instruments. On a déjà mentionné le travail de C. Aubry combinant les observations lidar et radar, et celui de F. Tridon (combinant les mesures radar triple fréquence). Lors de l’atelier on a également pu voir les présentations de Phương Nguyen (LATMOS), qui cherche à estimer le signal lidar 532nm à partir de mesures lidar 355nm, et de Giulio Mandorli (LMD), qui enseigne à un modèle de Machine Learning la structure tridimensionnelle des nuages d’après une combinaison de mesures actives et passives.

Aérosols. Laaziz El Amraoui (CNRM) a montré l’apport significatif de la Haute Résolution Spectrale d’un lidar spatial pour caractériser la distribution verticale des aérosols (voir Cornut et al. 2023). Marion Ranaivombola (LACy) a montré comment les mesures sol et spatiales peuvent être utilisées pour suivre le transport de particules issues de feux de forêt depuis l’Amérique du sud et l’Afrique jusqu’à la Réunion. Gérard Ancellet (LATMOS) a présenté les travaux de Antonin Zabukovec sur l’exploitation des reflectances de surface CALIPSO pour les restitutions d’un nouveau produit CALIOP destiné à caractériser la distribution des colonnes d’aérosol (AOD) sur les surfaces continentales.

Beyond CALIPSO and CloudSat

Gérard Ancellet (LATMOS) a fait un point sur l’arrêt prochain (été 2023) des opérations de CALIPSO. Le nombre de tirs utiles du lidar CALIOP a fortement diminué ces derniers mois. Assia Arouf et Hélène Chepfer (LMD) ont fait remarquer que l’augmentation du nombre de tirs à faible énergie dans les produits CALIPSO depuis 2017 complique leur exploitation scientifique. Après 2017, il est difficile sans étude poussée d’estimer si les mesures CALIOP valides (high energy) décrivent les mêmes populations nuageuses qu’avant. Même si les recommandations officielles NASA indiquent que la qualité des produits L2 n’est pas impactée, les mesures CALIOP L1 depuis 2017 (et certainement depuis 2020) ne devraient être exploitées qu’avec précautions. Par ailleurs, la dérive orbitale du satellite, initiée en 2018, s’accentue, l’amenant à une heure de passage à l’équateur proche de 15h fin 2022. On commence à être loin des 13h30 de l’A-Train, et il est de moins en moins clair si la partie du cycle diurne échantillonnée aujourd’hui par CALIOP est toujours cohérente avec celle observée sur la période 2006-2018. Ces considérations suggèrent que toute recherche de tendance dans les mesures CALIPSO devrait probablement s’arrêter à 2017 par prudence.

Plusieurs présentations ont commencé à explorer le domaine des possibilités qui s’offriront pour la recherche atmosphérique une fois que CALIPSO et CloudSat auront cessé leurs opérations. Artem Feofilov (LMD) a montré comment les observations de nuages du lidar ALADIN d’ADM-Aeolus peuvent être corrigés pour prendre en compte l’absence de signal co-polarisé afin de les rendre plus cohérentes avec celles de CALIOP, dans le but de créer des jeux de données nuages spatiaux long terme combinant des mesures de plusieurs lidars. Abdenour Irbah (LATMOS) a présenté le produit AC-TC, produit équivalent de DARDAR pour EarthCARE, qui combine les détections et identifications des produits lidar et radar dans un seul produit masque vertical. Emmanuel Fontaine (CNRM) a montré les nouveaux produits nuages et aérosols (e.g. sable, fumée) qui seront dérivés de mesures géostationnaires de MTG sur la période 2022-2027. Finalement, Frédéric Tridon (LaMP) a présenté le concept instrumental Wyvern (Wind Velocity Radar Nephoscope), qui prévoit de restituer le vent horizontal dans les nuages via les mesures d’un radar satellite scannant un cône de 400km de large au sol et doté d’une antenne de 3 mètres. Cette mission, sélectionnée par le programme Earth Explorer 11 de l’ESA, est aujourd’hui en Phase 0. Si elle passe toutes les étapes de sélection elle serait lancée en 2031. Son mouvement conique fait que Wyvern produirait environ 70 fois plus de données que CloudSat. 

Concept du radar à scanning conique Wyvern, adapté de la présentation de F. Tridon

Nous avons fini les présentations avec quelques informations déprimantes concernant les missions :  l’échec d’un lanceur Vega-C en décembre 2022 jette le doute sur le planning de la mise en orbite de EarthCARE (qui devait utiliser le même lanceur). L’ESA étudie actuellement ses options et devrait communiquer ses décisions courant février 2023. Concernant la mission AOS, le déscopage de la haute résolution spectrale du lidar et le déscopage du radar bande W de l’orbite polaire seront à l’étude pendant la phase A qui a commencé à la NASA en janvier 2023. Ce déscopage remet en question la direction de développement pour les algos et produits lidar AOS pilotés en France.

Pour finir sur une note plus positive, on note cette année une participation relativement importante de personnes en doctorat : Assia Arouf (LMD), Jean Lac (LMD), Mathilde Leroux (LAERO), Marion Ranaivombola (LACy), et Clémantyne Aubry (LATMOS). Merci à toutes et à tous pour votre participation !

Quelques photos, pas de groupe parce qu’on a oublié cette année, désolé… 

Programme

Lundi 23

14h14h30 : Arrivée des participants

14h30-18h30 : Introduction et présentations scientifiques

  1. Marion Ranaivombola (LACy) : 13 Years of Aerosol Optical Depth and Types Over Southern Africa and Reunion from Ground-based and Satellite observations
  2. Jean Lac (LMD) : The impact of cloud response to Arctic Sea ice retreat on Greenland’s surface energy budget
  3. Emmanuel Fontaine (CNRM) : Etude pour la restitution de relations de masse-diamètre pour la glace pristine et la neige avec les observations HAIC et MT
  4. Clémantyne Aubry (LATMOS) : Restitution des propriétés des nuages de phase mixte par synergie RADAR-LiDAR
  5. Phuong Nguyen (LATMOS) : Comparaison de signaux Lidar 355nm et 532nm : mesures aéroportées
  6. Gregory Cesana (GISS) : A Novel Observation-Based Method to Evaluate Tropical Stratocumulus and Shallow Cumulus Clouds and Feedbacks in CMIP Models
  7. Sergey Kheykin (LATMOS) : Observations des évènements extrêmes par des lidars spatiaux

16h30-17h : pause café

Mardi 24

9h-12h30 : présentations scientifiques (suite)

  1. Gregory Cesana (GISS) : Southern Ocean solar reflection biases in CMIP6 models linked to cloud phase and vertical structure representations
  2. Assia Arouf (LMD) : Quantifying surface cloud warming increase as Fall Arctic sea ice cover decreases
  3. Julien Delanoe (LATMOS) : Présentation de la campagne RALI-THINICE: étude des tempêtes estivales Arctiques et focus sur les nuages de phase mixte
  4. Frédéric Tridon (LaMP) : Observations radar triple-fréquence : signatures contrastées de givrage entre deux sites de mesure en Finlande et en Antarctique
  5. Gérard Ancellet (LATMOS) : AOD measurements above the continental surfaces using the 333m CALIOP surface reflectances

10h30-11h : pause café

12h30-14h : pause déjeuner

14h-16h30 : Splinter session / group discussions

16h30-17h : pause café

17h-18h30 : présentations scientifiques (suite) 

  1. Mathilde Leroux (LAERO) : Analysis of the CALIPSO PSC product : Can we predict the expected evolution of polar stratospheric clouds on climatic time scales?
  2. Nelson Begue (LACy) : Early Evolution of the Hunga-Tonga Aerosol Stratospheric Plume from Lidar Observations at La Réunion (21°S, 55°E)
  3. Bernard Legras (LMD) : la dynamique des panaches stratosphériques
  4. T. Tremas (CNES) et S. Payan (LATMOS) : How AERIS atmosphere data center contributes to implement and develop new methods to improve, exploit, visualize, compare, and merge earth observation data

20h Diner au “le Fanal”

Mercredi 25

9h-12h30: Présentations scientifiques (suite et fin)

  1. Giulio Mandorli (LMD) : Convective Organization and 3D Structure of Tropical Cloud Systems deduced from Synergistic A-Train Observations and Machine Learning
  2. Emmanuel Fontaine (CNRM) : Les produits nuages du SAFNWC et leurs évolutions avec l’arrivée de MTG
  3. Artem Feofilov (LMD) : Towards establishing a long-term cloud record from space-borne lidar observations
  4. Abdenour Irbah (LATMOS) : Le produit AC-TC : DARDAR pour ATLID
  5. Laaziz El Amraoui (CNRM) : Apport d’une voie HSRL pour la mission AOS
  6. Frédéric Tridon (LaMP) : La mission Wivern : un radar Doppler spatial pour mesurer le vent dans les nuages et les systèmes dépressionnaires

10h30-11h : pause café *

12h30-14h :  pause déjeuner

14h-16h30 : point sur les missions spatiales en cours et à venir : 

16h30-17h : pause café *

17h-18h30 : point sur les appels d’offre et les guichets 

Jeudi 26

9h-12h30 : EECLAT en 2023 et au-delà : organisation, pilotage, structuration

12h30 : déjeuner

14h : fin de l’atelier

Liste des participants

1ANCELLET GérardLATMOS
2AROUF AssiaLMD
3AUBRY ClémantyneLATMOS & DLR
4BARAY Jean-LucLaMP
5BEGUE Nelson (en visio)LACy
6BOUNIOL, DominiqueCNRM
7CESANA, GregoryColumbia Univ. / GISS
8CHEPFER, HélèneLMD
9CLOCHÉ SophieIPSL
10COSSALTER LaureLATMOS
11DELANOË, JulienLATMOS
12EL AMRAOUI LaazizCNRM
13FEOFILOV, ArtemLMD
14FONTAINE EmmanuelCNRM/CEMS
15GOUR, YahyaLaMP
16IRBAH AbdanourLATMOS
17JAHANGIR ErfanLaMP
18JÉGOU FabriceLPC2E
19JOSEPH RomainCNRM/CEMS
20JOURDAN, OlivierLaMP
21KHAYKIN SergeyLATMOS
22LAC, JeanLMD
23LEGRAS BernardLMD
24LEROUX MathildeLAERO
25MANDORLI GiulioIPSL / LMD
26MIOCHE GuillaumeLaMP
27MIRI Robin (excusé)LOA
28NGUYEN, PhuongLATMOS
29NOEL, VincentLAERO
30RANAIVOMBOLA, MarionLACy
31SCHMISSER, RoselineCNES
32SOURDEVAL, OdranLOA
33SZCZAP, FrédéricLaMP
34TITUS ZacharieLMD
35TREMAS ThierryCNES
36TRIDON FrédéricLaMP/Polito

EECLAT2023 : Réunion 3 février 2022

Le 3 février 2022 la communauté EECLAT s’est réunie pour discuter des contours de la réponse EECLAT 2023 à l’APR 2022.

Vous trouverez ci-dessous les slides de la présentation :

Les slides originaux sont également disponibles ici :

EECLAT 2022 virtual meeting, Jan 17-19 2021

Compte-renduProgrammeParticipant-es

Compte-rendu de l’atelier

Le 10eme atelier EECLAT a eu lieu du 17 au 19 janvier 2022 en ligne.

En raison du contexte sanitaire lié au covid-19 en fin d’année 2021, il a été décidé que l’atelier 2022, comme le 2021, aurait lieu en visio. Le séjour prévu à l’observatoire océanologique de Banyuls a donc été annulé, et reporté à janvier 2023. Pour limiter la durée des sessions de visioconférence, l’atelier a été réparti en 3 sessions de 3h sur trois jours. Il en ressort un nombre assez limité de présentations scientifiques (18, contre 15 l’année précédente). Faire appel à la visioconférence a permis la participation d’un grand nombre de personnes (plus de 50). Les présentations furent l’occasion de nombreux échanges entre les participants. Pour encourager ces échanges, des salles virtuelles de discussions furent mises à disposition le dernier jour, au-delà des horaires de l’atelier.

L’atelier EECLAT, le GDR EECLAT et les activités d’animation scientifique qui lui sont associées ont reçu le soutien de l’INSU/CNRS. Les activités de recherche présentées pendant l’atelier et mentionnées dans ce compte-rendu ont bénéficié, entre autres soutiens, de celui du CNES. 

Pour alléger les contraintes logistiques de l’atelier, la session “réunion projet” généralement associée à l’atelier a été découplée et a eu lieu le 3 février 2022. Le compte-rendu ci-dessous concerne uniquement les présentations scientifiques.

Nous remercions les tutelles et institutions dont le soutien rend ces ateliers possibles : le CNES et l’INSU.

Présentations scientifiques

Eruption du Tonga et aérosols. L’atelier a été l’occasion de discuter des observations de l’éruption du volcan Tonga quelques jours à peine auparavant, le 15 janvier 2022, et du panache volcanique qui s’est propagé en haute atmosphère dans les jours qui ont suivi. L’onde de choc de l’éruption a été identifiée sur des mesures barométriques réalisées au Puy-de-Dome (Figure 1, J.-L. Baray, LaMP). Le panache volcanique s’est ensuite propagé dans la stratosphère. B. Legras (LMD) a montré des observations CALIPSO de son élévation jusqu’à 40km d’altitude, et la destruction d’ozone stratosphérique associée. A. Baron (LACy) a envoyé a posteriori des mesures lidar sol de l’OPAR montrant l’évolution de ce panache lors de son passage au-dessus de l’Île de la Réunion (Figure 2). Pour distinguer correctement les aérosols (notamment volcaniques ou de feux de biomasse) dans les mesures CALIPSO, faire progresser les algorithmes d’identification est une étape clé. Dans cette optique, T. Vaillant (SSAI/LaRC/LATMOS) a notamment discuté l’apport des mesures de l’IIR pour évaluer la discrimination nuages/aérosols des mesures CALIOP, alors qu’A. Zabukovec (LATMOS) montrait l’intéret d’exploiter l’écho de sol lidar au-dessus de surfaces continentales pour contraindre la restitution de l’épaisseur optique des aérosols

Figure 1 – évolution de la pression atmosphérique mesurée au Puy-de-Dome les 15 et 16 janvier 2022. Figure Jean-Luc Baray (LaMP)

Figure 2 – évolution des profils de signal lidar mesurés au-dessus de l’observatoire de physique atmosphérique de la réunion (OPAR) le 19 janvier 2022 (beaucoup d’autres chouettes mesures sont disponibles). Figure Alexandre Baron (LACy)

Régions polaires. Parmi les thèmes dominants dans les présentations scientifiques, on trouve une nouvelle fois un fort intérêt pour les régions polaires. Concernant l’Antarctique, M.-L. Roussel (LMD) a discuté les précipitations à la station Dumont-d’Urville pendant la campagne YOPP d’après plusieurs jeux de données, pendant que M. Leroux (LAERO) discutait l’évolution possible des nuages stratosphériques polaires dans un contexte de changement climatique, d’après un modèle exploitant les détection CALIPSO. Du côté de l’Arctique, F. Tridon (LaMP) a discuté de la qualité des propriétés microphysiques restituées via le produit DARDAR-CLOUD dans des nuages de phase mixte (Figure 3), alors que J. Lac (LMD) s’interrogeait sur la capacité des nuages à influencer la fonte de la calotte glaciaire du Groenland dans les observations CALIPSO et les prévisions de modèle CMIP6.

Figure 3 – Ice Water Content issu du produit DARDAR-CLOUD dérivé des observations CloudSat, avec mesures in-situ superposées le 23 mai 2007 (campagne CIRCLE2), figure issue de la présentation de F. Tridon (LaMP)

Nuages et Climat. C. Bazantay (LaMP) a construit via l’analyse du produit DARDAR-MASK des climatologies de nuages de phase mixte dans l’océan austral. Parmi les études cherchant à mieux comprendre l’impact des nuages sur le climat via l’apport des observations actives spatiales, notons les évaluations de l’effet réchauffant des nuages via les observations A-Train et leur comparaison avec les prévisions de modèles de climat CMIP6 menées par A. Arouf (LMD), un sujet également étudié par J. Lac à l’échelle du Groenland. 

Développement et propagation d’une “fleur” (convection peu profonde des Alizés agrégée en amas d’environ 100 km) simulée avec le modèle Méso-NH (http://mesonh.aero.obs-mip.fr/) et une grille de 100 m sur l’horizontale, 40 m sur la verticale. Animation Thibaut Dauhut. Image croppée par Arvo Noel.

Processus atmosphériques. La dynamique atmosphérique fut à l’honneur : E. Rivière (GSMA) a documenté la variation de la vapeur d’eau à la tropopause équatoriale dans des rivières atmosphériques par observations in-situ réalisées depuis un ballon stratosphérique ayant volé 80 jours d’affilée durant la campagne Strateole-2 (Figure 4). A. Baron (LACy) a montré, via l’analyse d’observations de l’OPAR, comment des rivières atmosphériques pilotent la propagation des aérosols dans le sud-ouest de l’océan indien. T. Dauhut (CNRM) a montré via l’analyse de prévisions de modèles LES les mécanismes principaux menant à l’organisation de cellules nuageuses en fleurs.

Figure 4 – Mesures de vapeur d’eau [ppmv] realisées par le picoSDLA transporté par ballon stratosphérique (figure E. Rivière)

Exploitation des signaux. P. Nguyen (LATMOS) a documenté l’évolution conjointe de signaux  à 355 et 532nm issus de plusieurs lidars sol (SIRTA, OPAR, ER-2) dans diverses conditions atmosphériques (nuages et aérosols). En parallèle, A. Alkasem (LaMP) a montré comment les outils de simulation disponibles aujourd’hui (Monte-Carlo, BLISS) peuvent simuler ces memes signaux pour des lidars encore en développement comme ceux d’AOS.

Pour finir, notons la participation de plusieurs représentant-es d’instances et de groupes de recherches. C. Cornet (LOA) a rappelé les contours et objectifs du Programme National de Télédétection Spatiale (PNTS), et l’existence de son appel à projet, généralement ouvert entre début juillet et fin septembre. Elle souligne la tenue le 1er avril 2022 de la dixième journée thématique du PNTS, dont le programme sera bientot disponible. C. Rio (CNRM) a présenté les grandes orientations scientifiques du groupe de recherche DEPHY (lien vers le site du GDR), dédié à la progression des processus physiques dans les modèles atmosphériques. S. Payan (LATMOS) a mené un atelier d’introduction à AERIS et à sa mission de catalogage des données dédiées à l’étude de l’atmosphère. Enfin, A. Deschamps (thématicien CNES depuis 2021) a présenté les actualités programmatiques du CNES, ainsi que sa vision pour la participation de la France aux activités de cal-val Earth-CARE. Il poursuit actuellement ses entretiens visio avec les différents laboratoires ayant participé à une réponse aux APR, qui devraient s’étendre jusque mi-mars. Adrien nous informe également de la tenue d’un “atelier lidar” probablement au mois de mars, dans le cadre duquel le CNES souhaiterait faire le point sur l’état actuel des technologies lidar, dans le but de préciser ses implications futures dans les missions spatiales à venir.

Ce compte-rendu a été rédigé par M. Chiriaco (LATMOS) et V. Noel (LAERO). Il est également disponible comme un document séparé.

Programme complet et présentations

Document du programme : EECLAT visio science 2022

Lundi 17 janvier 14h – 17h

  1. 14h-14h10 Intro
  2. 14h15-14h35 Marie-Laure Roussel (LMD) : Observation et modélisation des précipitations à la station Dumont d’Urville pendant la campagne YOPP par une approche tri-dimensionnelle
  3. 14h40-15h00 Frédéric Tridon (LAMP) : Evaluation des produits DARDAR-CLOUD à partir d’observations in situ pour des nuages en phase mixte en Arctique
  4. 15h05-15h25 Alexandre Baron (LACy) : Rivière atmosphérique d’aérosols : Observations multi-instruments dans le bassin Sud-Ouest de l’Océan Indien
    15h30-15h35 Pause
  5. 15h40-16h Bernard Legras (LMD) : Ascending SmokeVortices (Turbo) in the Stratosphere
  6. 16h05-16h25 Clément Bazantay (LAMP) Variabilité géographique et saisonnière des nuages au-dessus de l’océan Austral
  7. 16h30-16h50 Sébastien Payan (LATMOS)  : Atelier AERIS

Mardi 18 janvier 14h – 17h

  1. 14h-14h20 Catherine Rio (CNRM): Le groupe DEPHY et liens vers l’observation
  2. 14h25-14h45 Thibaut Vaillant (SSAI/NASA LaRC) : Assessing the benefits of Imaging Infrared Radiometer observations to the CALIOP version 4 cloud and aerosol discrimination algorithm
  3. 14h50-15h10 Alaa Alkasem (LAMP) : Effet de la diffusion multiple sur la simulation d’observables lidar, application à BLISS
  4. 15h15-15h35 Mathilde Leroux (LAERO) : The evolution of polar stratospheric clouds in the context of climate change
  5. 15h40-16h Phương Nguyen (LATMOS)  : Etude de l’impact de longueur d’onde sur le signal lidar dans les mesures IPRAL à 355 et 532nm 
  6. 16h05-16h25 Assia Arouf (LMD) : Effet réchauffant des nuages : observations A-Train vs modèles CMIP6
  7. 16h30-16h50 Jean Lac (LMD) : L’effet radiatif des nuages influence-t-il la fonte des glaces au Groenland ? Étude à partir des données Calipso et CMIP6

Mercredi 19 janvier 14h – 16h30

  1. 14h-14h20 A. Deschamps (CNES) : Point programmatique
  2. 14h25-14h45 Miguel Perpina (LAERO) : impact of El Nino on times of emergence of climate signals in time series of cloud properties
  3. 14h50-15h10 Antonin Zabukovec (LATMOS) : Exploitation des réflectances lidar CALIOP au-dessus des surfaces continentales pour le calcul d’AOD à 532nm
  4. 15h15-15h35 Céline Cornet (LOA) : Le Programme National de Télédétection Spatiale (PNTS)
  5. 15h40-16h Emmanuel Rivière (GSMA) : Mesures de vapeur d’eau au sommet de la TTL dans la ceinture équatoriale pendant la pré-campagne STRATEOLE 2 : signature du tape-recorder, impact des ondes et de la convection profonde
  6. 16h05-16h25 Thibaut Dauhut (CNRM) : Organisation of the trade-wind clouds: how LES in synergy with high-resolution space and aircraft observations can highlight the driving processes

Participant-es

  1. Alkasem Alaa LaMP
  2. Ancellet Gerard LATMOS
  3. Arouf Assia LMD
  4. Aubry Clémantyne LATMOS
  5. Baray Jean-Luc LaMP/OPGC
  6. Baron Alexandre LACy
  7. Bazantay Clément LaMP
  8. Blanc Jérôme CNES
  9. Bouniol Dominique CNRM
  10. Chiriaco Marjolaine LATMOS
  11. Cloché Sophie IPSL
  12. Cornet Céline LOA
  13. Cornut Flavien CNRM/PLASMA
  14. Dabas Alain CNRM
  15. Dauhut Thibaut CNRM
  16. Delanoë Julien LATMOS
  17. El Amraoui Laaziz CNRM
  18. Feofilov Artem LMD
  19. Flamant Cyrille LATMOS
  20. Goloub Philippe LOA – ULILLE
  21. Hélène Chepfer LMD
  22. Hu Qiaoyun LOA
  23. Irbah Abdanour LATMOS
  24. Jamet Cédric LOG
  25. Jégou Fabrice LPC2E
  26. Jourdan Olivier LaMP
  27. Jumelet Julien LATMOS
  28. Khaykin Sergey LATMOS
  29. Lac Jean LMD
  30. Lacour Adrien CNRM
  31. Legras Bernard LMD
  32. Leroux Mathilde LAERO
  33. Martini Audrey LATMOS
  34. Miffre Alain ILM
  35. Montoux Nadège LaMP
  36. Nguyen Phuong LATMOS
  37. Noel Vincent LAERO
  38. Payan Sébastien AERIS
  39. Perpina Miguel LA
  40. Raberanto Patrick LMD
  41. Riviere Emmanuel GSMA
  42. Roussel Marie-Laure LMD
  43. Sourdeval Odran LOA
  44. Szczap Frédéric LaMP
  45. Tremas Thierry CNES
  46. Tridon Frédéric LaMP
  47. Vaillant De Guélis Thibault LATMOS/SSAI/NASA LaRC
  48. Wiener Valentin LMD
  49. Zabukovec Antonin LATMOS
  50. Viltard Nicolas LATMOS
  51. Trapon Dimitri CNRM
  52. Grégory Césana NASA

EECLAT 2021 virtual meeting, 18-22 January 2021

The 9th EECLAT workshop took place online between January 18 and 22.

The final programme is available below.

This workshop was organised and facilitated by S. Cloché (IPSL), M. Chiriaco (LATMOS) and V. Noel (LAERO).

Presentations are available in this folder.

The write-up of the meeting is available below :

Lundi 18 janvier

  • 14h Introduction
  • 14h10 C. Genthon (LMD) : AWACA: Antarctic WAter Cycle over Antarctica, past, present and future 
  • 14h30 Q. Hu (LOA) : Transported Californian smoke layers over Lille
  • 14h50 C. Flamant (LATMOS) : Point mission CALIPSO 
  • 15h10 T. Vaillant (LATMOS) : validation de l’algorithme de classification aérosol–nuage de CALIPSO V4 à partir d’observation IIR.
  • 15h30 A. Arouf (LMD) : Effet des nuages sur la température de surface à partir des observations lidar spatial
  • 15h50 M. Perpina (LAERO) : Lien entre nuages opaques et dynamique atmosphérique dans les observations et les simulations climatiques dans les tropiques, impact sur les prédictions future
Video recording of presentations January 18, 2021

Mardi 19 janvier

  • 14h A. Miffre (ILM) : Depolarization observations in laboratory and field for aerosol identification
  • 14h20 K. Eswaran (LaMP, OPGC) : Evaluation of lidar ratio at Puy de Dome using in situ measurements
  • 14h40 M. Chiriaco (LATMOS) : Point mission MESCAL/ACCP
  • 15h J. Cuesta (LISA) : Type-discriminated aerosol concentration profile derived from the ACCP spaceborne lidar multispectral measurements 
  • 15h20 F. Cornut (CNRM/LISA) : Capacités du futur lidar ACCP/MESCAL à détecter et caractériser les différents types d’aérosols
  • 15h40 A. Alkasem (LaMP) : Paramétrisation de la diffusion multiple dans BLISS à l’aide de McRALI dans le cadre de ACCP/MESCAL
Video recording of presentations January 19, 2021

Jeudi 21 janvier

  • 10h A. Zabukovec (LATMOS) : Exploitation des reflectances lidar au dessus des surfaces continentales pour contraindre l’inversion des profils d’extinction CALIOP
  • 10h20 L. Leonarski (LOA) : Restitution des propriétés des nuages de glace à partir des mesures infrarouges à haute résolution spectrale IASI et IASI-NG
  • 10h40 A. Dabas (CNRM) : point mission ADM-Aeolus
  • 11h A. Feofilov (LMD) : Comparaison et comparabilité des profils de rétrodiffusion observés par ADM/Aeolus et par CALIOP
  • 11h20 H. Chepfer (LMD) : point mission Earth-CARE
  • 11h40 G. Caria (LMD) : Towards a complete 3D description of Upper Tropospheric cloud systems & their radiative effects: AIRS-IASI & A-Train Synergies 
  • 12h S. Khaykin (LATMOS) : Effects of extreme wildfires on stratospheric aerosol composition and dynamics
  • 12h20 N. Villefranque (CNRM, LMD) : Algorithmes de Monte Carlo optimisés pour la simulation du transfert radiatif 3D en milieux nuageux
Video recording of presentations January 21st 2021

Vendredi 22 janvier

  • 10h H. Chepfer (LMD) : Bilan/prospective Climat
  • 10h20 O. Jourdan (LaMP)  : Bilan/prospective Nuages
  • 10h40 G. Ancellet (LATMOS) et/ou L. El Amraoui (CNRM) : Bilan/prospective Aerosols
  • 11h C. Cornet et/ou O. Sourdeval (LOA) : Bilan/prospective Télédetection et Transfert radiatif
  • 11h20 V. Noel (LAERO), J. Delanoe, M. Chiriaco (LATMOS) : discussion projet (~1h)

Liste des participant-es

  1. Abdanour Irbah
  2. Adrien Lacour
  3. Alaa Alkasem
  4. Alain Dabas
  5. Alain Miffre
  6. Alexandre Baron
  7. Anne Lifermann
  8. Artem Feofilov
  9. Assia Arouf
  10. athg
  11. Aurélien Chauvigné
  12. Blanc Jerome
  13. brunelp
  14. Céline Cornet
  15. Christophe Genthon
  16. Claudia Stubenrauch
  17. Claudine Vanbauce
  18. Corinne Evesque
  19. Cyprien Gindre
  20. Cyrille Flamant
  21. Dimitri Trapon
  22. Dominique Bouniol
  23. Fabien Waquet
  24. Flavien Cornut
  25. Frédéric Szczap
  26. Gerard Ancellet
  27. Giacomo Caria
  28. Guillaume Mioche
  29. Guillaume Payen
  30. Hélène Chepfer
  31. Isabelle
  32. Jean-Francois Leon
  33. Jérôme VIDOT
  34. Jonathan Fonteneau
  35. Juan Cuesta
  36. Kruthika Eswaran
  37. Laaziz El Amraoui
  38. Lucie Leonarski
  39. Marjolaine Chiriaco
  40. Miguel PErpina
  41. Nadège Montoux
  42. Najda Villefranque
  43. Odran Sourdeval
  44. Olivier Jourdan
  45. Patrick Raberanto
  46. Phuong, Nguyen
  47. Qiaoyun Hu
  48. Raphaël Peroni
  49. Rodrigo Guzman
  50. Romain Roehrig
  51. Schmisser Roseline
  52. Sergey Khaykin
  53. Silvia Bucci
  54. Solene Turquety
  55. Sophie Bastin
  56. Thibault Vaillant de Guélis
  57. Valentin Duflot
  58. Vincent Noel
  59. Zabukovec Antonin

EECLAT 2020 Avignon : compte-rendu de l’Atelier

21-23 janvier 2020, Avignon, France

Rédigé par V. Noel (LA/CNRS) avec contributions de M. Chiriaco (LATMOS/UVSQ), J. Delanoe (LATMOS), S. Cloché (IPSL), P. Tabary (CNES) et la communauté EECLAT.

Merci à nos sponsors : l’OSU Ecce-Terra, le CNES, et le LATMOS.

Point missions

Nous avons commencé par un point d’actualité sur les missions spatiales de télédétection active pertinentes pour la communauté EECLAT : CALIPSO/CloudSat, ADM-Aeolus, Earth-CARE, ACCP.

CALIPSO (CNES/NASA). (slides J. Pelon, LATMOS + infos P. Tabary, CNES). CALIPSO et CloudSat sont depuis octobre 2018 sur une orbite 17km plus basse que l’A-Train. L’heure locale de croisement de l’equateur est aujourd’hui a 14h00 (pour 13h30 pour l’A-Train), et dérivera jusque 15h30 en 2023 (sortie de la trace MODIS en 2021). La qualité (et le SNR) des observations CALIPSO reste stable en dehors de la South Atlantic Anomaly, tous les instruments resent opérationnels. G. Ancellet (LATMOS) est maintenant le PI français de CALIPSO en place de J. Pelon, qui reste dans la boucle. Une nouvelle extension de mission (3 ans : 2021-2023) sera discutée dans les cadres REDEM (CNES) et Senior Review (NASA) au printemps 2020. Coté NASA un document motivant l’extension sera à produire pour début mars. 

ADM-Aeolus (ESA). A. Dabas (CNRM) présente l’avancement des évaluations et traitements qualité des mesures de niveau 2 d’ADM-Aeolus. Plusieurs phénomènes imprévus affectent la qualité des mesures ADM : changement de laser en 2019 suite à la baisse d’énergie du premier laser, présence de “hot pixels” dont le niveau d’obscurité change brusquement mais finit généralement par se stabiliser de sorte qu’une correction a été mise en place. Plus tard durant l’atelier, A. Feofilov (LMD) montre ses premiers résultats de contrôle qualité des mesures ADM-Aeolus et l’évolution au cours du temps de l’impact des surprises techniques d’ADM sur la qualité du signal.

Earth-CARE (ESA/JAXA). H. Chepfer (LMD) fait le point sur la progression de la mission vers le lancement : pas de changement important depuis l’année dernière, lancement toujours prévu fin 2022/début 2023.

ACCP (NASA/CNES). M. Chiriaco (LATMOS) fait le point sur la mission ACCP (Aerosols Clouds Convection Précipitation), le nouvel intitulé du projet de mission anciennement nommé MESCAL. ACCP est identifié par le CNES comme la priorité en observation de l’atmosphère. Le CNES propose plusieurs concepts instrumentaux à l’étude comparative des architectures menée par la NASA qui devrait s’achever en 2021. Aujourd’hui un groupe mission FR existe, chapoté par un comité de pilotage CNES/INSU et mené par M. Chiriaco, PI français de la mission. Ce groupe mission pilote les activités de phase A1 engagée au CNES en 2020 et les interactions avec les équipes NASA partenaires. M. Chiriaco souligne qu’ACCP représente autant que Earth-CARE la suite scientifique des activités scientifiques de la communauté. Plus tard pendant l’atelier, A. Alkasem (LaMP) montre comment les codes de Monte-Carlo permettent de simuler le signal d’instruments lidar à venir tels qu’ACCP, dotés de fonctionalités spectrales avancées.

Présentations scientifiques

Le programme final et les 26 présentations scientifiques de l’atelier sont disponibles en ligne. Plusieurs thématiques scientifiques récurrentes ont émergé durant l’atelier.

Le cycle diurne des nuages et de l’eau.  D. Bouniol (CNRM) explique comment spécifier où un Mesoscale Convective System en est de son cycle de vie diurne via l’exploitation de mesures géostationnaires. H. Chepfer (LMD) affiche l’évolution diurne parallèle de la distribution verticale des nuages et de la vapeur d’eau grace aux mesures CATS/ISS et SAPHIR/Megha-Tropiques, un thème également étudié par V. Michot (LATMOS). Les mesures mettent en evidence les transitions diurnes de l’eau atmosphérique entre nuages et vapeur. C. Stubenrauch (LMD) montre comment la synergie AIRS-IASI permet de documenter le cycle diurne des nuages hauts. 

Le climat. G. Cesana (CU/GISS) discute l’importance des nuages bas de type shallow cumulus à l’ouest des continents pour la sensibilité climatique. M. Perpina (LA) étudie comment la relation entre dynamique atmosphérique et altitude des nuages opaques, qui diffère entre modèles climatiques, pilote l’évolution attendue par le modèle de l’impact radiatif des nuages aux Tropiques. A. Arouf (LMD) montre comment exploiter les mesures lidar CALIPSO-GOCCP pour évaluer l’effet radiatif des nuages dans l’infrarouge.

Régions polaires : nuages, aérosols et précipitations. A. Berne (EPFL) et C. Duran-Alarcon (IGE) montrent l’étendue des observations réalisées en Arctique et Antarctique de manière opérationnelle (site de Dumont d’Urville et observatoire CALVA en Antarctique) ou lors de campagnes (e.g. POPE, APRES3, YOPP). Pour comprendre l’évolution et la structure verticale des précipitations Antarctiques, F. Lemonnier (LMD) utilise les mesures CloudSat et M.-L. Roussel (LMD) utilise les mesures sol de Dumont d’Urville. E. Vignon (EPFL) montre comment ces observations, associées à des simulations, permettent de documenter le mécanisme d’ondes de gravité lors des sauts katabatiques fréquents en Antarctique. Du coté des aérosols, A. Zabukovek (LATMOS) et G. Ancellet (LATMOS) exploitent les mesures lidar sol et spatiales (produit SODA et CALIPSO) pour étudier leurs sources et transport en Sibérie.

On note des discussions fréquentes sur l’apport des données complémentaires aux observations actives spatiales existantes, notamment celles des mesures passives de satellites géostationnaires (E. Fontaine, Météo-France) et de SEVIRI (G. Seze), de POLDER/PARASOL (N. Ferlay, LOA) ou de mesures hyper spectrales (L. Leonarski, LOA). B. Legras (LMD) montre l’apport des nouvelles reanalyses ERA5 par rapport aux autres réanalyses dans plusieurs scénarios importants pour la mesure active. E. Kruthika (LaMP) montre comment les mesures lidar sol du co-PDD sont utilisées pour évaluer les rapports lidar du lidar spatial CALIPSO. N. Viltard et A. Martini (LATMOS) présentent comment des mesures radar Doppler pourraient etre obtenues de manière opérationnelle par les projets DYCECT et SAPHERALER. On note également un fort intéret pour l’exploitation des mesures satellites actives pour l’amélioration des modèles Météo-France AROME (J. Wurtz) et MOCAGE (N. Frebourg).

D’un point de vue algorithmique, plusieurs présentations mentionnent l’utilisation de techniques de Deep Learning pour compléter les séries de mesure existantes. Les représentants d’AERIS ont pu présenter les nouveaux jeux de données disponibles sur le catalogue ICARE, et informer sur l’avancement de projets de traitements et de reformatage de données (ADM, CATS).

EECLAT en 2019

Nous avons initié la dernière matinée de l’atelier un bilan des activités menées en 2019 pertinentes pour la communauté et le projet EECLAT. 

Nous avons communiqué les conclusions de la table ronde “instruments actifs” lors de l’atelier Trattoria 3 sur le transfert radiatif, ayant eu lieu à Toulouse du 13 au 15 janvier 2020. Cette table ronde fut l’occasion de faire un point sur les simulateurs instrumentaux lidar/radar dont le développement implique la communauté française (e.g. McRALI, COSP, BLISS, RTTOV — liste non exhaustive). La table ronde fut l’occasion de faire émerger 1) le besoin de mener un nouvel exercice d’intercomparaison entre certains de ces simulateurs, et 2) le besoin d’accéder à certains simulateurs considérés “de référence” pour les instruments à venir (e.g. ZMVAR pour Earth-CARE). H. Chepfer note l’importance de pratiquer une review de la littérature avant de se lancer dans des exercices d’intercomparaison car des exercices similaires ont déjà été entrepris. Elle note, avec F. Szczap, l’importance de clarifier la procédure et les bornes de ces exercices d’intercomparaison. Ces conclusions seront publiées dans des rapports du CNES au cours de 2020.

Les conclusions du Séminaire de Prospective Scientifique du CNES furent exposées lors du séminaire de restitution en octobre 2019. Les rapports sont en cours de finalisation. MESCAL-ACCP y est identifié comme une des deux priorités du CNES en observation de la terre (avec Trishna, projet de mission hydro/surface), et la priorité Atmosphère. 

Nous avons fait le point sur la progression de la création du Groupement de Recherche EECLAT. La création de ce GDR fut discutée lors de l’atelier EECLAT 2019 à Fréjus et approuvée par les présent-es. En été 2019 le document scientifique fut rédigé par le comité de rédaction suivant :

  • Responsables : M. Chiriaco, S. Cloché, V. Noel
  • Responsables scientifiques
    • climat : H. Chepfer, M. Chiriaco
    • source, transport et évolution des aérosols : G. Ancellet, L. El Amraoui
    • Processus Nuageux : O. Jourdan, J. Delanoe
    • Liens entre propriétés physiques de l’atmosphère et observations de télédétection : C. Cornet, O. Sourdeval

Ce document fut soumis à la section 19 à la session d’automne. Début 2020 l’INSU nous a prévenu que le GDR était de fait créé pour 4 ans. Les tutelles en sont pour l’instant le CNES et le CNRS. Les signatures des tutelles sont en cours de rassemblement. Les discussions de l’atelier ont questionné la régularité des réunions avec les tutelles (pas d’obligation a priori, le GDR DEPHY fait des réunions annuelles mais le GDR MT non), la possibilité d’organiser des écoles d’été (à explorer) et la recherche de nouvelles sources de financement pour le GDR (Ministère, autres tutelles comme Météo-France, privé comme CapGemini, Thalès, Airbus). A la suite de l’atelier, le comité scientifique du GDR s’est réuni pour planifier plusieurs actions à mener en 2020.

Pour finir, notons que l’URL du site EECLAT a changé : http://eeclat.ipsl.fr 

EECLAT en 2020

Activités 2020

Suite à notre proposition EECLAT 2020, soumise en réponse a l’APR CNES le 12 juin 2019, nous avons reçu l’évaluation du TOSCA le 10 janvier 2020. Ce délai inhabituel fait que nous n’avons lors de l’atelier pas de visibilité sur la répartition finale du budget des activités prévues pour 2020 décrites dans cette proposition. P. Tabary visitera les labos en février et mars, ce qui sera l’occasion de finaliser les budgets. Nous avons noté que le TOSCA recommande a priori le soutien des demandes de CDD faites par H. Chepfer (T1.3, LMD, 12 mois), O. Jourdan (T2.7.1, LaMP, 12 mois), G. Ancellet (T3.1, LATMOS, 12 mois).

L’évaluation du TOSCA est généralement positive (A scientifique, A budget), aucun changement de structure de la proposition n’est souhaitée. Chacun-e est encouragé-e à prendre en compte les remarques du TOSCA dans leurs propositions futures. Une exception est le T5, qui décrit les activités de construction de jeux de données pour la préparation des missions futures, que le TOSCA juge éclaté, fouillis et mal structuré (notation B/B). Nous notons le risque de voir disparaître le soutien du CNES aux activités de prises de mesure. N. Viltard (membre du TOSCA) souligne que la présence d’activités encadrées par les sites sol (e.g. SIRTA) a pu créer la confusion. Nous avons discuté de plusieurs pistes d’évolution (voir APR2020 ci-dessous).

Pour finir l’aspect “bilan”, nous avons souhaité souligner la très grande qualité scientifique des présentations de l’atelier de cette année, la cohérence scientifique des résultats, la présence importante des approches de type Machine Learning. Nous avons construit de manière collégiale un calendrier 2020 des événements importants pour la communauté EECLAT, qui est maintenant disponible en ligne : http://eeclat.ipsl.fr/2020/01/29/calendrier-2020/

Activités 2021, APR 2020

Nous avons discuté le calendrier de l’APR 2020 :

  • deadline de soumission a priori entre le 15 et le 20 avril 2020
  • Journées TOSCA d’évaluation des projets fin juin
  • retour vers les proposants pour la fin de l’été

Pour respecter ce calendrier J. Delanoe et V. Noel initieront le début du processus de rédaction dès la mi-mars. P. Tabary nous a informé que l’APR EECLAT ne sera pas liée à l’exercice de REDEM CALIPSO qui sera mené pendant 2020 par ailleurs (voir point CALIPSO au debut), contrairement à ce qui avait été fait lors de la REDEM 2018.

Nous avons discuté les évolutions possibles pour la prochaine APR. Concernant le T5, nous discutons les possibilités de séparer les activites T5 dans leur propre proposition (pas souhaitable), de redistribuer les activites du T5 ailleurs dans la proposition (compliqué). La recommandation la plus réaliste semble de mener un exercice de nettoyage en profondeur du T5, en encourageant par exemple le retrait des WP ne demandant pas de soutien spécifique (sauf bonne raison), en limitant autant que possible la présence des activités de sites sol (et en clarifiant de manière explicite que les sites sol ne demandent pas d’argent dans le cadre d’EECLAT). Il est également possible de préfacer le T5 par une réponse directe aux remarques du TOSCA, et notamment d’y souligner explicitement que les activités décrites dans le T5 ne sont pas des activités de “cal-val”. H. Chepfer rappelle que les équipes françaises ne sont pas aujourd’hui pilotes de produits ADM et Earth-CARE, et donc n’ont pas de levier direct pour répercuter les résultats d’EECLAT sur les produits spatiaux de ces missions (labellisation ESA ou pas).

Il est suggéré d’être encore plus clair sur la normalisation des frais présentés dans les budgets soumis, notamment les frais de missions. Il semble important de laisser tout de meme une certaine marge de manœuvre aux proposants.

O. Jourdan (LaMP) note qu’il est difficile d’obtenir du soutien au travers de l’APR pour des campagnes d’opportunité. Nous discutons la possibilité de créer un “pool” financier pour participer à de telles campagnes. Il est suggéré que pour de telles campagnes le dialogue direct avec le thématicien est à privilégier.

Nous discutons le lien entre EECLAT et le projet de mission ACCP, qui entre cette année en phase A1 au CNES. Nous soulignons, avec M. Chiriaco PI de ACCP-fr, que la mise en orbite d’un satellite emportant un instrument CNES dans le cadre d’ACCP offrirait un cadre favorable au soutien du CNES à l’accompagnement scientifique de l’exploitation d’ACCP, plus favorable que par exemple celui de la mission ESA Earth-CARE. Nous encourageons donc les membres de la communauté EECLAT à intégrer le projet de mission ACCP et son développement autant que Earth-CARE dans nos réflexions sur les activités et publications scientifiques à venir. Nous notons la tenue en mars et juin 2020 d’un workshop sur les activités sub-orbitales liées à ACCP, mais les contours de ce workshop sont pour l’instant mal définis ce qui n’aide pas à motiver les participations. 

Nous sondons l’intérêt des présent-es pour les données Aeolus, soit dans leur format d’origine ESA, soit en version reformatée netCDF actuellement en beta chez AERIS/ICARE. L’accès aux donnés est compliqué par l’embargo encore existant sur les données ADM, et nous n’avons pas encore de cadre clair à proposer. Nous avons néanmoins recensé les participant-es intéressé-es.

Pour finir, nous avons discuté de l’atelier 2021. La création du GDR donne une visibilité accrue sur la disponibilité de budgets d’atelier, et nous prévoyons de contacter des lieux avec de longues listes d’attente (e.g. Aussois, Banyuls). En parallèle, la tenue de prochains workshop est envisagée en Auvergne (pilotée par le LaMP). La longueur des talks (20 minutes + 5 minutes de questions) cette année est un point de débat : certains préféreraient des talks plus courts pour rendre les choses plus vivantes, d’autres apprécient l’opportunité de décrire leurs travaux en profondeur. La possibilité est évoquée d’organiser les talks en sessions thématiques, suivis d’une période de discussion d’une demi-heure ou d’une heure. 

Pour terminer l’atelier, V. Noel (LA) expose certains points de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche et comment cette loi risque d’affecter nos conditions de travail.

Liste des participants et laboratoires présents

Les laboratoires les plus représentés sont le LMD (10), LATMOS (7) et LaMP (7), CNRM (6), LOA (3).

  1. Alkasem Alaa LaMP
  2. Ancellet Gérard LATMOS
  3. Arouf Assia LMD
  4. Baray Jean-Luc LaMP
  5. Bastin Sophie LATMOS
  6. Berne Alexis EPFL-LTE
  7. Bouniol Dominique CNRM
  8. Cesana Greg CU / GISS
  9. Chepfer Hélène LMD
  10. Chiriaco Marjolaine LATMOS
  11. Cloché Sophie IPSL
  12. Cornut Flavien CNRM
  13. Dabas Alain CNRM
  14. Descloitres Jacques AERIS/ICARE
  15. Duhautois Cédric ICARE
  16. Duran-Alarcon Claudio IGE
  17. Eswaran Kruthika LaMP
  18. Evesque Corinne IPSL
  19. Feofilov Artem LMD
  20. Ferlay Nicolas LOA
  21. Fontaine Emmanuel CNRM/CEMS
  22. Frebourg Nicolas CNRM
  23. Genthon Christophe LMD
  24. Jégou Fabrice LPC2E
  25. Jourdan Olivier LaMP
  26. Legras Bernard LMD
  27. Lemonnier Florentin LMD
  28. Leonarski Lucie LOA
  29. Martini Audrey LATMOS
  30. Michot Véronique LATMOS
  31. Mioche Guillaume LaMP
  32. Montoux Nadège LaMP
  33. Noel Vincent LA
  34. Perpina Miguel LA
  35. Pommereau Jean-Pierre LATMOS
  36. Raberanto Patrick LMD/CNRS
  37. Roussel Marie-Laure LMD
  38. Schmisser Roseline CNES
  39. Sèze Geneviève LMD
  40. Sourdeval Odran LOA
  41. Stubenrauch Claudia LMD
  42. Szczap Frédéric LaMP
  43. Trémas Thierry CNES
  44. Vignon Étienne LTE
  45. Viltard Nicolas LATMOS
  46. Wurtz Jean CNRM
  47. Zabukovec Antonin LATMOS

Calendrier 2020

Here is a calendar listing all the events in 2020 relevant to the EECLAT community, as built during the EECLAT 2020 workshop.

The calendar includes Conferences, Workshop and Field Campaigns.

Jan

EUREC4A
Strateole
Feb

EUREC4A
Strateole
Mar

ACCP-SOWG (Norman, OK)
CCSTM (Boulder, CO)
Aeolus workshop (Darmstadt)
ICESAS (India)
ASSW (Iceland)
Sea2Cloud
MOSAIC (Spitzberg)
Avr

Deadline APR 15-20 Avr
Mai

EGU - Aeolus session
Jui

CADDIWA
ACCP-SOWG (USA)
ELC (Granada)
Bdd Stratoclim publique
Jui

CADDIWA
IRS (Greece)
ACCLIP (Okinawa)
AOGS (Korea)
Aou

ICCP (Pune, India)
MOSAIC (Spitzberg)
SCAR (Hobart, Tasmania)
Sep

CFMIP (Seattle, USA)
UTCC-PROES (NY)
ICE-Genesis
Oct

QOS (Korea)
Nov

Compte-Rendu TOSCA/CNES
Dec

Fairbanks

EECLAT recap Apr 2018 – Apr 2019

This post lists the notable EECLAT activities that took place after the submissions of the 2018 proposal, and is extracted from the 2019 proposal.

Thanks to funding for scientific animation by multiple sponsors (OPGC, OVSQ, LA, INSU, IPSL, Labex-CaPPa and CNES), the EECLAT project held its 7th annual scientific workshop from January 21st to 23rd, 2019 in Fréjus. All scientific presentations are available online . Nearly 50 French participants from involved laboratories (including post-docs and PhD students) presented their results, exchanged ideas, discussed future projects and organised upcoming activities on research topics. A call by C. Stubenrauch led to EECLAT members joining the Trishna Atmosphere working group led by J.P. Lagouarde (INRA). A report describing the contents of the workshop was sent to all sponsors in March and is available online . Our previous 2018 workshop was the subject of an article published in BAMS (Luebke et al., 2018).

Following recommendations from INSU during that workshop, several members of EECLAT (V. Noel, M. Chiriaco, S. Cloché) are building a Groupe de Recherche (GDR) around its scientific objectives, with the help of leaders of scientific themes, INSU and CNES. This GDR will propose a formalized structure to organize and prioritize the scientific questions investigated by the research activities described in the present project. We hope that this framework will also enable the pursuit of other funding opportunities, including recurring support for our annual workshop.

ADM-Aeolus was successfully launched in August 2018 and successfully measured its first vertical profiles of horizontal wind speed. A. Dabas (CNRM) reported on these results and on the general progress of the mission and products during the January 2019 EECLAT workshop. An AERIS project was kicked off in late 2018 to automate the mirroring of ADM-Aeolus data on French servers to make its use easier by the French community.

Several members of EECLAT participated in the ESA Earth-CARE science workshop (June 11-15, 2018), in the ESA ADM-Aeolus cal-val and scientific workshop (March 26-29, 2019), in the ESA Atmos conference (November 26-29, 2018) and in the ESA living planet symposium (May 13-17, 2019). These were opportunities to strengthen the planned French activities for the cal-val and scientific exploitation of ADM-Aeolus and Earth-CARE. In 2018 seven French proposals were accepted by ESA as Earth-CARE cal-val activities, and all associated teams were invited to attend the Earth-CARE workshop on non-ESA funding. Several members of EECLAT participated in the NASA A-CCP kick-off meeting in Pasadena, USA (April 2-4). They presented the activities of the French community (particularly the MESCAL group) relevant to the design of the planned NASA A-CCP spaceborne lidar/radar mission. This meeting was generally perceived as very constructive. In France, a separate proposal for MESCAL Phase A1 activities was submitted in late 2018 to CNES for review by the French MESCAL group.

Several airborne field campaigns took place in 2018-2019 involving EECLAT participants, EXAEDRE in Corsica, AEOLUS Cal/Val in May around Toulouse area and the airborne AFLUX campaign in Svalbard from 15 March to 16 April 2019. EPATAN-NAWDEX data have been delivered to ESA in order to contribute to the evaluation of the L2 products before launch.

Luebke et al. 2018: A WORKSHOP ON REMOTE SENSING OF THE ATMOSPHERE IN ANTICIPATION OF THE EARTHCARE SATELLITE MISSION

Following the 2018 EarthCARE/EECLAT joint workshop, Anna Luebke has led the writing of an article about it and its conclusions. It has recently been published in BAMS.

Luebke, A. E., Delanoë, J., Noel, V., Chepfer, H., & Stevens, B. (2018). A Workshop on Remote Sensing of the Atmosphere in Anticipation of the EarthCARE Satellite Mission. Bulletin of the American Meteorological Society99(12), ES195–ES198. https://doi.org/10.1175/BAMS-D-18-0143.1